Les photos et textes présents sur ce site sont des données personnelles de partage exclusif.

Leur droits appartiennent pleinement au propriétaire du site. Ne pas utiliser ou diffuser sans autorisation préalable. ©2019

Sekai Ninja sen Jiraiya / 世界忍者戦ジライヤ (1988)

__________________________________________________________

Eté 1989, le Club Dorothée diffuse depuis peu sur son antenne une nouvelle série japonaise : Giraya Ninja.

J'ai alors 4 ans et demi, et je suis tout de suite complètement fan. L'histoire raconte en gros une guerre de clans ninja. Des robots, des katanas, des ninjas, des sortes de pouvoirs et des pirouettes dans tous les sens : la recette est déjà connue, et fonctionne à nouveau. Très vite, des jouets voient le jour sur la série.

Bandai met une fois de plus le paquet sur le merchandising. 

"Reprenons-donc la formule Saint Seiya avec les personnages à monter en armure, mais simplifions le tout et apportons un petit plus pour les gosses".

 

Les personnages deviennent élastiques en caoutchouc mou, avec des armures intégralement en plastique. Lorsque pour mes 5 ans je demande à mes parents le personnage principal, ma mère cherchera partout, pour ne finalement trouver que "Wild", le ninja

bleu. Car comme d'habitude, le héros est rare, tous les gosses regardent la série, les jouets passent en boucle en publicité à la TV. Au total, 6 figurines sortiront au Japon, et 5 en France. L'emballage des boites françaises est similaire à celles des figurines Saint Seiya : les premières versions ne peuvent s'ouvrir pour contempler le contenu de la boite, mais rapidement elles sont remplacées par des versions dites "window box" où l'enfant, dans un magasin, peut regarder ce que contient le jouet. Un piège imparable pour les parents.

De mon côté, impossible de mettre la main à l'époque sur Giraya, le héros de la série. Seul un pote à moi l'avait à l'école, il l'amenait d'ailleurs fièrement, et jouait avec dans... le bac à sable, rendant le collant du personnage totalement foutu, et il narguait tout le monde avec ça...

Pour consoler mon "manque", ma grand-mère me confectionna un costume du héros, et m'acheta le masque.

 

Je me souviens que mon engouement pour la série est resté assez longtemps puisque le jour de naissance de ma sœur, en Février 1990, j'étais déguisé en Giraya à la maternité, puis fin Juin pour la fête de l'école. 

Publicité française pour les jouets Giraya

En raison, comme bien souvent, de l'avancement sur pas mal d'autres collections, j'ai du laisser de côté celle de Giraya pendant plusieurs années avant d'y revenir.

Aujourd'hui, il ne me manque que "Karasu", la figurine japonaise manquante au set FR pour finir ce que je voulais de cette série. Je ne souhaite pas acquérir le robot, ni le set de jeu spécial.

De plus, comme je suis très difficile dans mes collections de jouets, c'était compliqué de mettre la main sur les 5 figurines françaises en état neuf non joué (essentiellement pour avoir le caoutchouc neuf encore collant au lieu d'un truc durci, craquelé ou bien tout sale.

Ainsi, j'ai commencé à m'y remettre progressivement en 2000 en achetant chez Lulu Berlu un Giraya en blister carte version espagnole (les boites sont comme toujours différentes en fonction de la distribution des pays).

Je l'ai tout de suite ouvert pour en profiter, des années plus tard je pouvais enfin avoir en main le héros de la série...

Mais ce n'était qu'un avant-goût pour moi puisque je voulais le set français.

J'ai donc commencé à réellement chercher les versions françaises des jouets, neufs d'époque uniquement. Le premier que j'ai réussi à attraper fut Habrum, un méchant de la série, probablement le moins aimé des 5 puisqu'au moment où je l'ait trouvé, il y avait 3-4 annonces identiques sur ebay, tout bêtement. Suivi rapidement de "Dôkusai", puis Wild. Giraya fut ma 4ème acquisition, une chance, car je n'en ai pas revu beaucoup depuis toutes ces années en neuf. Pendant 3 ans ensuite, impossible de tomber sur le dernier manquant neuf "Baron Owl". Mais comme toujours, tout vient à point à qui sait attendre.

Depuis 2006 ma collection n'a pas bougé, j'ai le set français neuf, et j'aimerais un jour de motivation ultime, finir par me prendre le personnage "Karasu". Voilà le set français, et plus bas des photos un peu plus détaillées avec un peu de texte.

De gauche à droite : Giraya, Wild, Dokusai, Baron Owl et Habrum, les 5 figurines sorties en France. Comme vous pouvez le constater, les formats des boites Bandai sont identiques à celles qu'ils avaient produit pour les chevaliers du zodiaque l'année précédente. Les deux types de boites (1ère et 2nde édition) sont présentées ici, et étrangement les deux premières figurines que j'ai trouvé (Habrum et Dokusai) sont des premières éditions sans window box tandis que les 3 suivantes étaient des secondes versions. 

A l'intérieur des boites, on retrouve un polystyrène contenant des compartiments avec notamment, le personnage, étirable, son armure principale, des accessoires en plastique à monter sous forme de grappes à détacher, d'où le terme "UNCUT" employé dans le milieu pour indiquer que les parties plastiques ne sont pas détachées mais encore neuves d'usine.

Vous trouverez également une notice de montage, parfois des autocollants, une petite grille en plastique pour jouer avec le personnage, et une cible en carton à déplier.

__________________________________________________________

Ci-dessous les figurines un peu plus en détail. Plus bas, comme sur les autres sections, les génériques de la série en français et en japonais (histoire toujours, d'avoir un aperçu des différences entre les deux versions)...

Générique japonais

A gauche, la window box, découpée en usine pour voir l'intérieur et soulever la boite pour voir le contenu en opposition aux premières éditions que l'on ne peut pas ouvrir.

Générique français

La série fonctionnait bien à l'époque, Dorothée avait même participé à un épisode, jouant le rôle d'un Ninja.